Phenology of agricultural and urbanised soundscapes

Le cycle vital des populations animales est affecté par les caractéristiques biologiques, physiques, chimiques, mais également acoustiques de l’environnement. Le paysage sonore (angl., soundscape) est une composante encore peu étudiée de la niche écologique des populations fauniques, mais aussi des populations humaines. Le paysage sonore se décompose généralement en trois axes principaux: l’anthrophonie, la biophonie et la géophonie (Pijanowski et al. 2011). Or, selon la littérature scientifique (e.g., Joo et al. 2011; Sueur et al. 2012), en théorie les fréquences anthrophoniques (i.e, les sons d’origine humaine; 40-2000 Hz) interféreraient que très peu avec les fréquences biophoniques (i.e., les sons d’origine faunique; 2500-9000 Hz) du paysage sonore. Comment alors expliquer le nombre considérable d’études ayant trouvé un effet négatif de l’anthrophonie sur la biophonie?

 

L’objectif de ce projet de recherche sera d’évaluer le degré de chevauchement entre l’anthrophonie et la biophonie aux échelles de la journée (24h) et de la saison de croissance (Avril à Novembre) dans trois types de paysage sonore: urbain, péri-urbain et agricole.

 

Des enregistrements sonores de 24h seront réalisés simultanément sur 30 sites, à raison 10 enregistreurs pas type de paysage sonore (urbain, péri-urbain et agricole). Les écoutes s'effectueront à l'aide d'enregistreurs numériques multidirectionnels Handy H2 (Zoom Laboratory, Japan) et s’étendront de la fonte des neiges jusqu’à la fin de l’automne afin de couvrir la saison active des espèces émettant des sons au Québec. Les enregistrements se feront par beau temps (vent faible, ciel clair), au format wav 16 bits et à un taux d’échantillonnage de 44.1 kHz. L’analyse des enregistrements s’effectuera à l’aide du « seewave R package» (Sueur et al. 2008), selon les méthodes développées par L. Desrochers au cours de son projet d’initiation à la recherche sous la direction de R. Proulx à la Chaire de recherche du Canada en intégrité écologique.

 

Ce projet tentera de répondre à deux questions d’intérêt pour l’aménagement du territoire, à savoir si au cours d’une journée ou même de l’année i) il existe des moments « chauds » de chevauchement important entre les sons d’origine faunique et humaine et ii) si les sons d’origine humaine sont générés de manière plus ponctuelle et concentrée que les sons d’origine faunique.



Revenir à la liste